top of page
femme Typing

LE TEMOIGNAGE DE KENNIE

20/04/2020

Voir plus

kenny 2020

Bonjour à toutes,

Je m'appelle kennie, j'ai 29 ans. Je suis maman de 3 beaux enfants et enceinte de 11 sa.

Voilà mon parcours :
Mars 2012 nous apprenons ma grossesse, la joie à été de courte durée car 2 semaines après la descente aux enfers commence. Je suis malade. Personne n'a jamais vécu ça autour de moi. Mon état se dégrader vite je vomis tout même l'eau. Je tiens 2 semaines de plus à la maison et je suis hospitalisée. Je perds 6kg en quelques semaines et ne suis que l'ombre de moi même. Je découvre LE protocole en cas D'HG ( je ne sais pas encore que c'est ça).
Je sors je m'informe par moi même et découvre de quoi je suis atteinte . De ce jour les seuls qui se sont risques à me dire que "être enceinte n'est pas une maladie" s'en souviennent encore ! Je serais malade jusqu'à 4 mois.

Avril 2014 je suis de nouveau enceinte, je suis malade mais moins fort qu'à ma première grossesse. Je positive et on me dit que chaque grossesse est différente. Je suis épuisée, je m'occupe de mon fils qui n'a pas encore deux ans assez difficilement. Mon mari travaille, mes proches ne comprennent pas. Je me sens seule et me demande pourquoi je me fais subir ça. Je serais hospitalisée deux fois et j'aurais perdu 9 kg. Ça durera jusqu'à 5 mois.

Octobre 2015. Nous apprenons une nouvelle grossesse bébé s'est invité sous contraception ma fille à 9 mois, je suis encore épuisée.
L'HG reprend rapidement ses droits à 5sa j'ai déjà la tête dans la cuvette ça démarre fort. Je pleure, gygy fais au mieux pour me suivre connaissant mes antécédents. Je suis hospitalisée rapidement et j'y resterais un mois.
Mes enfants me manquent, je leurs manquent aussi. Papa s'est arrange au travail heureusement ça m'enlève un poids. Je dors 22h sur 24h. Je suis un fantôme, une ombre.
Je demande à rentre chez moi s'en suivra un long mois et demi d'hospi à domicile. Ma mère prendra en charge mes enfants pendant cette période. Mon fils aîné pleure il ne veut pas rentrer à la maison voir "la dame". La dame c'est moi avec mes tuyaux qui sortent des bras. Il fêtera son anniversaire sans moi et mon cœur est brise. J'aurais perdu 12kg sur 5 semaines. Je suis résignée à ne plus jamais vouloir être enceinte. Mon fils naîtra à 8 mois et même si les symptômes sont moins fort ils seront la jusqu'à 7 mois de grossesse.

Début mars 2020, bébé s'est invité sous stérilet je m'assoie et je pleure. Je veux ce bébé mais je ne veux pas être malade. Je ne veux plus traverser ce gouffre et mon mari non plus. Nous avons peur mais l'amour pour ce bébé l'emporte. J'arrive jusqu'à 7 sa sans encombre pas une nausée ni un vomissement. C'est magique. Puis les nausées arrivent, elle sont là tout le temps mais je ne vomis pas c'est donc un moindre mal. Aujourd'hui à 11 sa j' ai vomis une seul depuis le début de ma grossesse.
La sage femme m'a mise sous donormyl et sous vogalene que je prends vraiment quand je sens le drame arriver. Je suis en arrêt et je dors autant que je peux. J'ai quand même hâte que les nausées passent.

À toutes celles qui traversent les affres de L'HG, soyez fortes. Vous pouvez le faire, ce sera long, ce sera dur et vous aurez envi plus d'une fois de baisser les bras. Vous serez incomprises, parfois mal menées, dépassées et sûrement déprimées. Vous ne trouverez sûrement pas l'intégralité du soutien dont vous aurez besoin.
Mais je vous assure soyez fortes.
À toute celle qui se disent c'est finis je ne serais plus enceinte je ne veux pas revivre ça. Je vous comprends et pour autant je vis cette 4eme grossesse, que j'avais appréhende au plus haut point, avec beaucoup moins de difficulté que les précédentes.

Merci d'avoir lu mon histoire. Au plaisir et courage à vous toutes.

Tous droits réservés©

94012591_589210841941924_245430972500987
MORGANE 2020
femme Typing

LE TEMOIGNAGE DE MORGANE

01/06/2020

Voir plus

Il y a tout juste un an mon bébé commençait sa vie. Deuxième bébé attendu et voulu. Nous étions très heureux d'apprendre cette nouvelle, mais ayant déjà vécu l'hg pour ma 1ere grossesse j'angoissais déjà sur les symptômes et les semaines à venir.

Lors de l'échographie de datation à 6SA je parle avec ma gynécologue des vomissements possibles à venir et elle me donne déjà une ordonnance de primperan au cas où. Il n'aura pas fallu attendre longtemps car les nausées et vomissements débutent le lendemain.

J'ai quand même réussi à vivre jusqu'au baptême de ma fille, mais 2 jours après (8SA) la descente en enfer commence, comme pour ma première grossesse : vomissements toutes les heures, nausées H24, aucun aliment ni boisson ne passe tout ressort. Néanmoins la violence du 1er trimestre est plus modérée que la première mais reste constante.

Le primperan n'est pas efficace sauf pour les effets indésirables. Les arrêts de travail s'enchainent de 2 semaines en 2 semaines. Première échographie : ouf tout va bien pour bébé, mais je n'arrive pas à profiter de cet instant alors que bébé est désiré.

Je vois les semaines passées et toujours aucune amélioration.

Le deuxième trimestre arrive enfin et je n'attends qu'une chose que les symptômes se calment... Mais bien sûr que non... Les vomissements et nausées sont toujours là.

Première sortie depuis le début de l'hg à 16SA pour un concours que nous organisions, enfin une bouffée d'air frais et les vomissements semblent enfin me lâcher un peu. C'est toujours ça de pris. Mais voilà décollement du placenta avec beaucoup de saignements, donc ce sera repos forcé jusqu'à la 2eme échographie obligatoire.

Les vomissements s'atténuent pour n'être qu'au nombre de 4/jour vers 21-22SA. Après la souffrance physique voilà que s'installe la souffrance psychique. La culpabilité s'installe profondément : culpabilité de ne pas être présente pour ma fille ainée qui me voit chaque jour malade sans pouvoir sortir ou jouer avec elle, culpabilité vis-à-vis de mon mari car je ne suis pas en état physique pour l'épauler dans la gestion de la vie courante, culpabilité vis-à-vis de mes collègues pour la charge de travail supplémentaire qu'ils doivent assumer suite à mon arrêt maladie. Je me sens seulement un coque vide pour laisser bébé se développer. Le vide autour de nous se fait ressentir, les amis ne sont plus là et ma famille se trouve à 800km donc ne peut pas être présente pour nous aider.

Les jours sont longs et difficiles de s'accrocher jusqu'au bout.

Voilà enfin la deuxième échographie, le placenta est remonté le risque est écarté mais voilà que des problèmes de liquide amniotique sont découverts. S'en suit des examens complémentaires, l'attente, le stress, tout ça en plus des vomissements et nausées qui ne me lâche pas.

A la 3eme échographie c'est une suspicion de placenta accreta qui est découverte, donc rebelotte examen complémentaire et le risque ne peut être écarté, il me faut donc accoucher dans une autre maternité que celle prévue pour qu'elle soit de niveau 3.

2 semaines d'hospitalisation en fin de grossesse et accouchement par césarienne programmée et enfin l'hg est terminé. Elle ne m'aura pas quitter de toute ma grossesse.

Mais la fragilité émotionnelle et psychique est encore présente et je peine à me relever de tout ça malgré le bonheur d'avoir mes 2 enfants en bonne santé.

L'hg ne nous impacte pas seulement nous, mais bien toute la famille. Mon mari et moi ne voulons plus vivre de grossesse tels que nous avons vécu. Le plus difficile aura été de ne pas avoir été là pour ma fille, de la voir vomir pour faire comme maman.

Je remercie néanmoins ma gynécologue qui malgré son impuissance a été d'un véritable soutien. Le simple fait de reconnaitre que j'étais bien malade c'était déjà une victoire en soi.

Je remercie également mon mari, ma fille et nos familles les plus proches qui auront été d'un soutien à leur échelle.

j'espère du fond du coeur que l'hg soit reconnu pour ce qu'elle est et que la prise en charge des patientes s'améliore et que l'on soit entendue et écoutée. La souffrance qui en découle est multiples et la reconstruction de soi difficile.

bottom of page