©2019 by ASSOCIATION DE LUTTE CONTRE L'HYPEREMESE GRAVIDIQUE. Proudly created with Wix.com

15,2% DES FEMMES ATTEINTES D'HYPEREMESE GRAVIDIQUE ONT RECOURS A UNE IVG

Les interventions volontaires de Grossesse nous sont relatées fréquemment lors des témoignages recueillis sur l'hyperémèse Gravidique.

Acte irrémédiable, le cas des IVG chez les femmes souffrants d'hyperémèse gravidique sont particuliers. Ils engendrent des conséquences très importantes chez une partie des femmes qui y ont recours dont de graves dépressions, un stress post-traumatique, de la culpabilité, une persistance des symptômes.

Nous avons donc recherché si des études et chiffres fiables existaient outre-atlantique concernant le recours à l'IVG chez les femmes atteintes d'hyperémèse gravidique, ainsi que leurs causes.

 

Sources : Publication de 2007, réalisée par Borzouyeh Poursharif, Lisa M. Korst, Kimber W. MacGibbon, Marlena S. Fejzo, Roberto Romeroc, et T. Murphy Goodwina.

Cet article a été piloté par le département de gynécologie et d'obstétrique de l'Université de Californie du Sud et présenté en mai 2007 au 55ème congré des gynecologues et obstétriciens de San Diego.

L'étude originale émane d'un sondage réalisé par la HER FOUNDATION entre mai 2003 et juin 2005, réalisé en ligne. Des questions sur les traitements reçus étaient posées, mais aussi sur les raisons évoquées de l’IVG.

Cette étude a été approuvée par le comité d’évaluation de l’Université des Sciences de la Santé de Californie du Sud.

 

Un panel de 808 femmes a participé à cette recherche. Ce cohort était composé de femmes provenant de 23 pays différents dont 77,5% d'entre-elles étaient originaires des ETATS UNIS.

Elles ont été interrogées en ligne et ont répondu à une enquête qui leur a été mise à disposition au sujet de l'HG.

Les données de bien traitance et d'accompagnement de celles ayant eu recours à l'IVG ont été comparées à celles des femmes n'y ayant pas eu recours.

Le but étant également de connaître l'influence d'une prise en charge adaptée et bienveillante sur les causes des IVG en cas d'hyperémèse gravidique.

Des résultats alarmants :

 

123 femmes (15.2%) ont déclaré avoir eu recours à une IVG

à cause de l’HG, parmi elles, 49 (39.8%), ont rapporté

de 2 à 10 IVG à cause de l’HG. 

87 femmes de plus (12.7%)

ont rapporté avoir très sérieusement songé à interrompre leur

grossesse à cause de l’HG mais y ont renoncé.

Il nous semblait important de vous montrer les chiffres du tableau numéro 2 de l'étude regroupant les causes de l'IVG et les chiffres correspondants.

123

Cause du choix de l'IVG avec l'hyperémèse Gravidique et nombre de femmes ayant stipulé chaque cause sur les 123 ayant eu recours à une IVG suite à une HYPEREMESE GRAVIDIQUE

Detresse émotionnelle -- 74 (60.2%)

Peur que le bébé soit anormal -- 27 (22.0%)

Peur de mourir ou que le bébé meure -- 63 (51.2%)

Ne pensait pas que l’HG pouvait revenir -- 12 (9.8%)

Pas d’aide apportée par les soignants --- 45 (36.6%)

Pas de soulagement apporté par les traitements -- 31 (25.2%)

Incapacité à s’occuper de soi ou de sa famille -- 82 (6.7%)

Incapacité à travailler -- 49 (39.8%)

Pas d’espoir de guérison --- 107 (87.0%)

Pb médical supplémentaire -- 6 (4.9%)

Pour en savoir plus n'hésitez pas à consulter l'article complet

 

--------------------------

L'article met également en évidence le problème de la relation patient-soignant qui mène dans les cas extrêmes à une mauvaise prise en compte de la souffrance et de ce fait à des traitements inadaptés et/ou insuffisants.

Les problèmes engendrés par l'inadéquation du traitement peut conduire parfois les patientes à subir une IVG.

Au moins la moitié des femmes enquêtées ont exprimé une difficulté et une frustration à recevoir de l’attention de la part de leurs médecins, sages-femmes et infirmiers(es), s’entendant dire généralement qu’elles n’étaient pas malades, «  mais juste enceintes ». Comme leurs plaintes n’étaient pas prises en compte, beaucoup ont subi de fortes complications comme de l’hématémèse (vomissement de sang) ou une déshydratation sévère avant qu’elles ne soient prises en charge correctement.

 

 

Pour conclure sur des chiffres indicatifs , nous avons réalisé au mois de janvier 2019, un sondage auprès de 197 femmes ayant souffert ou souffrant d'hyperémèse gravidique.

 

Ce sondage informatif, nous permet de voir si les réponses données semble similaires à celles de l'étude.

Sur 197 participantes : 

           - 47% n'envisagent pas d'autres grossesses à cause de l'Hg

           - 33% ont songé à l'IVG à cause de l'Hg

           - 15% ont eu recours à une IVG à cause de l'Hg

           - 3% ont fait une fausse-couche à cause de l'Hg

           - 2% ont accouché prématurément à cause de l'Hg. 

Ce sondage informatif nous permet de voir que les tendances sembleraient identiques pour les taux d'IVG. 15% des femmes ont eu recours à une IVG dans notre sondage et 15,2% dans l'étude d'origine. 

 

Une étude plus approfondie, avec un nombre de femmes témoins plus important et plus encadré serait essentiel.

 

Une différence est à noter dans le cas des femmes qui ont songé à l'IVG mais qui n'y ont pas eu recours ou nos chiffres sont de 33 % contre 12,7 % dans l'étude.

----------------------------

Notre association souhaiterait que devant l'urgence de la situation une enquête Nationale de santé Publique soit réalisée afin de mettre en lumière la réalité de la situation en FRANCE. 

 

Pour agir, nous avons mis en ligne une pétition qui sera accompagnée d'une lettre ouverte à la ministre de la santé Mme BUZYN pour que la problématique de l'hyperémèse gravidique soit enfin reconnue et prise en charge de manière adaptée.

 

Aidez nous dans nos démarches :

 

 

 

 

 

Merci à C. JOUSSEIN pour la traduction de l'article originel et à Audrey TEXIER pour l'article.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now